Poitevin-Saintongeais, la récente synthèse d'Eric Nowak

Publié le par François Vareille

Histoire et géographie des parlers poitevins
Eric Nowak
Editions Régionalismes 2010

 

livre-eric-nowak.JPG


  Cet ouvrage présente l'immense avantage d'offrir au lecteur une vue d'ensemble des études sur le poitevin-saintongeais : les investigations, les hypothèses, les controverses, et l'état actuel de ces débats.
On y trouve donc de nombreuses pistes de réflexion et une abondante bibliographie sur des questions telles que :

  • Comment a-t-on établi les limites externes et internes du domaine poitevin-saintongeais ?
  • Quelles différences entre le poitevin-saintongeais et les dialectes voisins, mais aussi quels traits communs, quelles traces d'interférences ?
  • Faut-il distinguer le saintongeais du poitevin,  ou bien s'agit-il de variétés d'un même dialecte ?
  • Dans quelle mesure les aires linguistiques coïncident-elles avec les structures politiques (comtés, provinces), des pratiques sociales (foires), économiques (vaches parthenaises, fromage de chèvre) ou culturelles (toits de tuiles) ?
  • En zone saintongeaise, s'il y a eu remplacement d'une langue d'oc par une langue d'oïl, à quelle époque et par quel processus ?

 

 

établir une frontière entre dialectes différents ? pas si facile...

Eric-Nowak-carte-limites-nord.JPG

 

A vrai dire, l'amateur risque d'en trouver la lecture un peu rébarbative :

  • Apprendre que tel chercheur a repéré telle particularité linguistique dans tel village, et non dans le village d'à côté, tandis que tel autre chercheur l'a repérée aussi dans le village d'à côté, ces enquêtes minutieuses dépassent les préoccupations du simple curieux désireux d'avoir un aperçu général du sujet.
  • Les cartes, récupérées dans des publications anciennes, sont souvent illisibles,  même avec une loupe, du fait de la réduction de taille et d'une résolution insuffisante.

 

i sais pas comme le fazit thieu (mille excuses, je ne suis pas locuteur du poitevin)

Eric-Nowak-carte-pronoms-perso.JPG

 

  Certaines questions ne sont pas traitées, soit faute de documentation (par exemple l'évolution du nombre de locuteurs du poitevin-saintongeais), soit parce qu'elles n'ont guère fait l'objet de débats (par exemple l'aspect diachronique : la formation du poitevin à partir du bas-latin.)

 

la vache parthenaise parle-t-elle le patois ?

Erik-Nowak-carte-vache-parthenaise.JPG

 

  La préface, la postface et les annexes proposent d'intéressantes remises en perspective : un élargissement sur le problème des dialectes à l'échelon national, des interprétations diverses du remplacement oc > oïl dans la zone saintongeaise, entre Mellois et Bordelais.

  Sur ce dernier point, je dois dire qu'aucune des hypothèses présentées ne me paraît satisfaisante.
Je ne puis croire ni à un processus de colonisation nord>sud, ni à une conversion progressive, sur une telle étendue de territoire.
Les datations proposées (XIIème siècle, guerre de cent ans, fin du moyen-âge) semblent  difficilement admissibles, trop récentes pour des zones qui sont restées densément peuplées même en temps de crise. La période des IXème-Xème siècles serait bien plus crédible pour un phénomène d'une telle ampleur : dépopulation brutale de la Saintonge à l'époque de l'occupation viking, suivie d'une recolonisation progressive au début de l'âge féodal.
Du reste le présupposé d'une présence primitive de l'occitan ne paraît guère solidement fondé : les vestiges textuels invoqués sont rares et discutables, les indices linguistiques pourraient recevoir d'autres explications.

  A noter que certaines études font apparaître le Mellois comme le centre d'une zone dialectale conservatrice, et attribuent à cette zone des limites débordant largement sur les Charentes : jusqu'aux environs de Matha vers le sud, jusqu'aux abords de Ruffec vers l'est.

Publié dans notes de lecture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Duguet Jacques 24/01/2011 11:35



Contrairement à son titre, le livre n'est pas une histoire des parlers mais une histoire des suppositions, hypothèses et divagations sur ces parlers. Actuellement le seul ouvrage publié à
caractère historique est la thèse de Jacques Pignon sur la phonétique.