le prieuré Saint-Génard de Nossay

Publié le par François Vareille

 Juillet 2004 : le cimetière de Saint-Génard doit être agrandi.  Une tranchée délimitant le nouveau périmètre brise des sarcophages. La SASM réagit aussitôt.


la tranchée bétonnée derrière le choeur de l'église



urgence et fébrilité : les travaux publics doivent reprendre le 1° septembre !
 

 De rapides sondages menés au cours de l'été révèlent la présence d'une vaste nécropole datant du haut moyen-âge.



une rangée de sarcophages mérovingiens



des sépultures pauvres en mobilier


  Ils font aussi apparaître le dernier bâtiment d'habitation du prieuré de Saint-Génard, bâtiment reconstruit au XVème siècle sur d'autres plus anciens, et détruit au XVIème siècle lors des guerres de religion.


l'entrée du bâtiment d'habitation XVème-XVIème



les latrines accolées au bâtiment d'habitation


















Les derniers occupants utilisaient de la vaisselle raffinée :
fragments de verres à pied trouvés dans les décombres



un objet énigmatique : croix pectorale ou simple garniture de porte ?



une boucle de ceinture décorée de perles en verre coloré


  La fouille du cimetière a repris en 2005 sous la direction de Sylvie Gaiguant. Elle doit se poursuivre les prochaines années, à raison d'un mois chaque été.

  Parallèlement à la fouille plusieurs membres de l'association mènent l'enquête en archives et sur le terrain autour de Saint-Génard et de ses deux prieurés : le prieuré bénédictin de Saint-Génard de Nossay, dont les origines remontent à l'époque carolingienne, et le prieuré féminin de l'ordre de Fontevraud, fondé au XVIIème siècle sur la colline de Puyberland.

Publié dans fouilles et sites

Commenter cet article